Francais

Est-ce que je peux arrêter de fumer grâce à l’hypnose?

Smoking (Creative Commons) by Yazeed: http://www.flickr.com/people/yazeed/S’il y a bien un domaine publicitaire dans lequel l’hypnose est utilisée, c’est surtout pour arrêter de fumer ! La plupart d’entre nous connait quelqu’un qui a essayé l’hypnose pour arrêter de fumer, et beaucoup de programme ont été développés - tous avec un haut taux de succès. Mais comment cela fonctionne et quelle est la réelle efficacité ? Beaucoup d’études ont été menées, et nous pouvons dresser des conclusions fiables.


Comment l’hypnose est utilisée pour arrêter de fumer?

Les techniques d’hypnose communément utilisées pour l’arrêt du tabac incluent souvent a associer entre une cigarette et une situation désagréable comme la bouche sèche, des vapeurs d’essence, ou le cancer. Les suggestions sont souvent données pour encourager les fumeurs à croire qu’ils vont perdre l’envie de fumer, et ainsi résister au manque. Une technique populaire appelée la méthode Spiegel encourage les fumeurs à se concentrer sur 3 idées : 1. Fumer est un poison 2. Vous avez besoin de votre corps pour vivre 3. Comme vous voulez vivre, vous devez respect et protection à votre corps. Les fumeurs apprennent l’autohypnose et sont encouragés à répéter ces idées régulièrement (toutes les 2-3 heures) et à chaque fois qu’ils ont envie de fumer. Covino et Bottari (2001) discute les techniques de traitement plus en détail.


Les évidences

Il est important de noter que l’hypnose n’est pas la seule façon d’arrêter de fumer. Beaucoup d’autres approches, comme les traitements cognitivo-comportementaux, ont été développées et il en résulte une vraie rigueur méthodologique dans le domaine dont on connait maintenant les facteurs clés:

  1. Un suivi adéquat : il est facile de motiver quelqu’un d’arrêter de fumer pour une semaine, mais nous sommes intéressés à un arrêt de longue durée.
  2. Les mesures chimiques de l’abstinence : votre participant eut vous dire qu’il a arrêté de fumer mais des tests chimiques de l’abstinence sont moins sujets aux biais.
  3. Un groupe contrôle : des études rapportent uniquement les données d’un groupe recevant un traitement. Mais certaines de ces personnes auraient de toute façon arrêté. Vous devez donc avoir un groupe contrôle.
  4. La randomisation : vous avez besoin d’attribuer les participants au hasard entre le groupe contrôle et le groupe traité. Autrement vous pourriez vous retrouver avec des participants extrêmement motivés dans le groupe hypnose et les autres, peu motivés, dans votre groupe contrôle. Cela ne vous donnerait pas une indication juste de l’efficacité de l’hypnose.

Parce qu’il y a eu beaucoup d’études examinant l’efficacité de l’hypnose pour arrêter de fumer, il est possible de faire une revue de ces résultats. 


Green and Lynn (2000)

Green et Lynn ont fait la revue de 59 études qui incluaient des rapports cliniques (sans groupe contrôle) ou une démarche expérimentale (dont les meilleures avaient réparti les participants dans un groupe contrôle et un groupe avec traitement). Les meilleures recherches indiquaient que l’hypnose était supérieure à une liste d’attente. Les effets de l’hypnose sont généralement comparables aux autres traitements. La preuve que l’hypnose est supérieure au placebo n’est pas vérifiée. L’évidence que la susceptibilité à l’hypnose est liée à l’efficacité du traitement était aussi mitigée.

 

Abbot, Stead, White & Barnes (1998)

C’est une revue de Cochrane examinant l’utilisation de l’hypnose pour promouvoir l’arrêt du tabac. Les revues de Cochrane sont des revues de haute qualité de la littérature scientifique et sont régulièrement mises à jour. 9 études comparant un groupe contrôle avec un groupe bénéficiant d’une hypnothérapie et utilisant des critères de haute qualité (stricts) avec des études impliquant un suivi d’au moins 6 mois ainsi qu’un test biochimique quand cela était possible. Les rapports de succès étaient très variables. Ce n’est pas ce que les scientifiques aiment voir dans les études et si les résultats varient c’est qu’un autre facteur que vous n’avez pas pris en compte peut expliquer les résultats. Avec des résultats tellement variables, il n’est pas possible de  démontrer que l’hypnose a un avantage sur les autres interventions ou sans traitement.

 

Comparaison : les traitements non hypnotiques

Une revue de Cochrane de 2004 qui a répertorié 123 études a trouvé que les traitements de  substitution (gomme, inhalateur, patchs) aidaient les fumeurs à arrêter-doublant leurs chances d’être abstinents 6 mois plus tard.
Une autre revue de Cochrane a regardé l’efficacité des conseils téléphoniques pour arrêter de fumer. Une analyse de 48 essais indiquait un effet modéré avec un effet dose dépendant - plus d’appels donnait de meilleurs résultats. 3 appels ou plus augmentaient la probabilité pour une personne d’arrêter de fumer comparé à un matériel d’auto-aide.

 

Home
About & contact
News

Language
English
Francais
Information
What is hypnosis?
Definitions of hypnosis
Types of suggestion
FAQ
Scientific theories of hypnosis
History of hypnosis
Animal hypnosis
Key people in hypnosis
Demand characteristics
Research
Scientific research
States of consciousness
Neuroscience
Modification of suggestibility
Attention and hypnosis
Pain research
Hypnosis as a research tool
Genes and hypnotizability
Hypnotherapy
What is hypnotherapy?
Is it effective?
Finding a therapist
Depression
Irritable bowel syndrome
Pain
PTSD
Smoking
Surgery
Weight loss
Resources
Hypnosis research papers
Suggestibility scales
Scripts
Videos
Forum
Organisations
Journals
Book reviews

© 2007-2017 Dr Matthew Whalley